Un sparadrap sur une jambe de bois.

mardi 26 juin 2012
par  Sud Education Lorraine

Le Ministère de l’Éducation Nationale vient d’annoncer la répartition des 1000 postes supplémentaires de professeurs des écoles pour la rentrée scolaire 2012 (cf. ci-dessous).

10 postes supplémentaires pour toute l’académie de Nancy-Metz, cela ne constitue en rien un plan d’urgence pour la rentrée prochaine !

Si certaines organisations syndicales se réjouissent de cette décision, pour SUD Éducation Lorraine la réalité que nous devrons affronter à rentrée prochaine dans les écoles de notre académie c’est bien la suppression de 357 postes (367-10), confirmant notamment le démantèlement des RASED des 4 départements lorrains.

A ces conséquences pour les collègues professeurs des écoles, s’ajoutent celles pour ceux du second degré avec, notamment, les effets de la réforme du lycée qui se font de plus en plus sentir (425 postes supprimés, augmentation des effectifs, suppression des dédoublements, accroissement de la charge de travail...), réforme dont le ministre n’a aucunement annoncé une possible remise en question. Quid également de la réforme de l’enseignement professionnel qui supprime 25% de formation pour les élèves de bac pro ? Quid de celle de la voie technologique qui n’a d’autre objectif que de supprimer des postes ?

Non, nous ne voulons pas faire la rentrée prévue par Sarkozy-Fillon-Chatel, à peine édulcorée par Hollande-Peillon, soit 13000 postes en moins au lieu des 14000 suppressions initialement prévues. Quand SUD Éducation s’adresse au Ministre pour réclamer un véritable plan d’urgence pour la rentrée, celui argue que le gouvernement précédent n’a pas prévu assez de postes aux concours. Nous lui répondons que c’est une question de volonté et que des solutions existent : extension des listes complémentaires, mise en place de concours exceptionnels (comme cela s’est déjà fait par le passé, en 1982 notamment), ou encore titularisation des collègues précaires qui exercent déjà des fonctions d’enseignement...

SUD Éducation Lorraine ne se satisfera pas d’un sparadrap sur une jambe de bois. Ce que nous réclamons c’est un véritable plan d’urgence pour la rentrée prochaine :

- le rétablissement des postes supprimés,
- le réemploi et la titularisation sans conditions de tous les précaires,
- le retour au tiers temps face aux élèves pour les stagiaires,
- la suppression du Livret personnel de compétences,
- la suppression de tous les systèmes de fichage centralisé des élèves et des personnels,

Si le Ministre Vincent Peillon affirme vouloir reconstruire, il doit d’abord éviter une année supplémentaire de démolition.

Pour l’instant, le changement, on l’attend !


Répartition par académies des 1000 postes de professeurs des écoles supplémentaires :

AcadémiesRépartition
AIX-MARSEILLE 65
AMIENS 25
BESANCON 10
BORDEAUX 65
CAEN 20
CLERMONT-FERRAND 25
CORSE 5
CRETEIL 80
DIJON 20
GRENOBLE 65
GUADELOUPE 5
GUYANE 15
LILLE 30
LIMOGES 10
LYON 65
MARTINIQUE 5
MONTPELLIER 35
NANCY - METZ 10
NANTES 50
NICE 15
ORLEANS-TOURS 40
PARIS 15
POITIERS 35
REIMS 15
RENNES 65
REUNION 15
ROUEN 20
STRASBOURG 15
TOULOUSE 50
VERSAILLES 100
TOTAL 990
Emplois réservés pour Mayotte 10

Pour mémoire, le candidat Hollande s’était pourtant engagé à rétablir dès la rentrée 2012 les 14000 postes supprimés par le gouvernement précédent. Cf. le tract ci-dessous.

PDF - 994.7 ko

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2022

 

<<

Janvier

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois