Faisons de l’année scolaire 2012-2013, celle de la remise à plat de la réforme du lycée

vendredi 29 juin 2012
par  Sud Education Lorraine

Prétextant une meilleure prise en charge des élèves, Luc Chatel a imaginé une réforme qui lui permet de réaliser de substantielles économies. Les suppressions de postes d’enseignants sont la conséquence d’un dispositif qui permet de regrouper systématiquement les élèves (troncs communs de filières, ’groupes de compétences’ en langue vivante, accompagnement personnalisé...) et de limiter considérablement les dédoublements de classes en octroyant un volant d’’heures globalisées’ arbitraire et insuffisant. L’autonomie de l’établissement, qui consiste à ventiler ces ’heures pour travail à effectif réduit’, crée des situations d’iniquité et de concurrence entre les disciplines dont les élèves sont premières victimes. Cette situation est inadmissible.

En juin 2012, dans plusieurs académies, les professeurs de philosophie, se sont saisis des réunions de remise des copies de bac comme d’une assemblée générale pour échanger sur les conséquences de cette réforme.

  • à Paris, par 82 voix pour et 6 contre, ils ont prévu de se revoir pour envisager des actions,
  • à Nice, un collectif s’organise et des actions sont envisagées également,
  • à Toulouse, les collègues se sont manifestés pendant les réunions d’entente,
  • à Lille, un rassemblement et une conférence de presse ont eu lieu le 18 juin, les collègues se sont constitués en collectif et dits déterminés à faire de l’année scolaire prochaine une année de lutte,
  • à Nancy-Metz, comme dans toutes les académies, une motion a été votée très massivement, demandant le rétablissement des dédoublements et le retour aux anciens horaires,
  • dans plusieurs académies, des collègues se sont dits prêts à une action symbolique de rétention des notes d’une journée.
  • ...

La philosophie, comme toutes les autres disciplines, est touchée.

C’est dans son ensemble que la réforme du lycée doit être contestée, et elle doit l’être collectivement.

A nous tous, enseignants de toutes disciplines, de prendre conscience de la justesse de notre motivation et de la force collective que nous représentons. Pour le bien des élèves, pour celui du service public d’éducation, il nous faut nous donner les moyens d’exiger du nouveau ministre qu’il remette à plat l’ensemble de cette réforme qui n’a d’autre but que de supprimer des postes et faire des économies au détriment d’une éducation de qualité.

SUD Éducation appelle tous les collègues à ne pas rester seuls et spectateurs de cette destruction inadmissible du service public d’éducation, ainsi que de la juste contestation qui s’y oppose, et à faire de l’année scolaire prochaine une année de lutte collective et solidaire des collègues de toutes disciplines confondues .

C’est ensemble que nous créerons un rapport de force sans lequel nous n’obtiendrons pas satisfaction.


Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2021

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois